Conseils

10 faits étonnant sur l’IMC

La notion de surpoids ou de maigreur fait systématiquement penser à un indice de masse corporel fort ou faible. Or, de nombreuses personnes beaucoup de choses à propos de l’IMC. Découvrez ici 10 faits étonnants sur l’indice de masse corporelle.

L’IMC : critère insuffisant d’appréciation de la forme physique

10 faits étonnant sur l’IMC

Le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC) s’appuie sur deux valeurs : le poids et la taille. Il s’obtient en divisant le poids (en kilogramme) par le carré de la taille (en mètre). De plus, il est possible de calculer son IMC gratuitement en ligne.

L’IMC aide au suivi de la corpulence

Il est très utile dans l’estimation de la corpulence d’une personne. Une valeur normale de l’IMC oscille entre 18,5 et 25.

L’IMC, utilisé seul, est limité

Un IMC normal peut bien cacher un excès de masse graisseuse abdominale dangereux pour la santé. Certes, il est facile de calculer son IMC, mais il est souhaitable d’avoir recours à des méthodes complémentaires comme la mesure du tour de taille.

L’IMC occulte l’évolution du poids

L’IMC n’illustre pas l’évolution du poids qui pourtant est capitale pour déceler d’éventuels troubles sanitaires. En effet, il est une mesure ponctuelle du ratio taille-poids de l’individu. Or, un antécédent de forte perte ou de gain significatif de masse n’est pas sans risque pour la santé.

L’IMC ne considère pas la constitution corporelle

L’indice de masse corporelle varie en fonction des masses musculaire, osseuse et adipeuse. Ainsi, pour une même masse grasse, un individu doté d’une forte ossature pourrait avoir un IMC supérieur à celui d’une personne présentant une ossature faible.

L’IMC : des standards non universels

Bien qu’internationaux, les seuils de l’IMC ne s’appliquent pas à tous.

L’IMC est inadapté aux enfants et aux femmes enceintes

L’IMC est inadapté pour apprécier la surcharge pondérale chez les enfants ou encore chez les femmes enceintes. En effet pour ces dernières, les fluctuations du poids sont d’ordre physiologique et ne sont pas prises en compte lors du calcul de l’IMC.

L’IMC ne s’applique pas aux sportifs

Les sportifs de haut niveau ont très souvent un IMC particulièrement élevé en raison de leur forte masse musculaire. Ils apparaissent donc en surpoids malgré un très faible taux de graisse corporelle. Dès lors, on se rend compte que l’IMC ne reflète en rien la proportion de la masse graisseuse dans le corps.

L’IMC dépend de l’âge

L’indice de masse corporelle augmente avec l’âge en raison de la fonte musculaire. Cela implique donc une diminution progressive du métabolisme.

L’IMC ne fait pas la distinction entre les sexes

Pour un même IMC, la proportion de masse graisseuse chez les femmes serait supérieure à celle des hommes. Cependant, puisque ces derniers développent plus de muscles et les femmes plus de masse grasse, ils devraient avoir un IMC plus élevé que celui des femmes.

L’IMC ne tient pas compte des caractéristiques ethniques

Il semblerait que l’origine ethnique détermine la liaison entre IMC et masse graisseuse. Par exemple, les Asiatiques ont une tendance plus ou moins forte à l’obésité pour des valeurs normales inférieures de l’IMC.

L’IMC serait un indice anxiogène

L’utilisation de l’IMC comme indicateur de suivi de poids contribuerait au développement de standards faussés de beauté. Cela pourrait causer des troubles du comportement alimentaire chez certaines personnes.

En somme, l’IMC devrait être utilisé avec réserve à l’échelle d’un individu. Cependant, il n’en reste pas moins un indicateur efficace pour une étude à l’échelle de la population.

Rate this post

Laisser un commentaire